Vidéos du Net

Quelle que soit la raison pour laquelle vous utilisez des analgésiques, ces médicaments doivent être utilisés avec précaution. Le fait que prendre plusieurs doses d’analgésiques en une seule fois aide à soulager la douleur plus rapidement est un mythe.

Le saviez-vous ?

Les analgésiques à base d’opiacés, comme le Vicodin et l’OxyContin, sont connus pour leur caractère addictif. Par conséquent, seule l’utilisation à court terme de ces analgésiques sous surveillance médicale est recommandée.

Lorsque nous cherchons à soulager la douleur, prendre des analgésiques semble être le choix évident. Ils s’avèrent efficaces pour soulager l’inconfort associé aux blessures et aux conditions médicales chroniques, comme l’arthrite. Au cours des dernières décennies, l’abus d’analgésiques a considérablement augmenté grâce à certains mythes populaires qui ont circulé. L’article suivant déboulonne certains mythes qui ont longtemps été les raisons de l’utilisation excessive des antidouleurs.

Mythe 1 :

Plus la dose est élevée, plus ces médicaments sont efficaces pour soulager la douleur et cela n’affecte négativement une personne en aucune façon.

Fait : L’effet des médicaments peut durer plus longtemps si vous prenez plus d’un analgésique en même temps. Au début, cela peut aider à traiter les douleurs sévères ou chroniques, mais l’usage répété finit par provoquer une tolérance au médicament, c’est-à-dire que le médicament donné n’est plus efficace pour traiter la douleur. Même si une dose plus élevée du même médicament est administrée, la personne ne réagit pas au médicament. De plus, l’ingestion d’une dose d’analgésiques supérieure à celle prescrite peut entraîner certains effets secondaires graves.

Mythe 2 :

Les antidouleurs fixent la cause sous-jacente pour soulager la douleur.

Fait : Les antidouleurs ont leur propre mécanisme qui ne fait que masquer la douleur, mais ne règle pas le problème de santé sous-jacent à l’origine de la douleur. Les analgésiques opioïdes, comme la morphine, empêchent les signaux de douleur d’atteindre le cerveau. Ils agissent sur le cerveau et modifient la façon dont l’utilisateur ressent la douleur. D’autre part, les analgésiques comme l’acétaminophène et l’ibuprofène réduisent simplement la sécrétion de certaines enzymes à l’origine de la douleur.

Mythe 3 :

Les analgésiques ayant un faible taux d’accoutumance, je peux prendre ces médicaments comme je le souhaite.

Fait : La mauvaise utilisation des antidouleurs a contribué à l’augmentation des cas de toxicomanie. Les antidouleurs, qu’il s’agisse des versions opioïdes ou non opioïdes, doivent être pris selon les instructions du médecin. Ignorer le dosage recommandé et prendre les médicaments à volonté augmente le risque de dépendance. En d’autres termes, augmenter la dose et la prendre pendant une durée plus longue que celle prescrite peut entraîner une dépendance au médicament. La prise d’antidouleurs sur la base d’une auto-prescription sans tenir compte des recommandations médicales – peut être dangereuse et est susceptible d’entraîner une dépendance.

les analgésiques démantelés

Mythe 4 :

L’utilisation à long terme d’analgésiques n’est pas préjudiciable à la santé.

Fait : La prise régulière d’analgésiques lors des durées prolongées pour gérer la douleur n’est pas conseillée. L’usage habituel d’analgésiques peut être nocif pour la santé, comme le soulignent diverses études. Pour être plus sûr, il faut prendre des analgésiques à court terme. Les personnes souffrant d’affections chroniques, comme l’arthrite, ont tendance à prendre des analgésiques à fortes doses lors de longues périodes. Cependant, la prise d’analgésiques à long terme et à fortes doses a été corrélée à un risque plus élevé de développer des problèmes cardiovasculaires. Outre les risques sanitaires associés, l’utilisation à long terme peut également entraîner une dépendance et réduire la tolérance à la douleur d’un individu.

Mythe 5 :

Les antidouleurs pouvant créer une dépendance, il faut toujours éviter de prendre ces médicaments.

Fait : Ce n’est pas que les antidouleurs soient mauvais, mais la durée du traitement médicamenteux peut les rendre nocifs. La douleur due à des conditions médicales débilitantes et à des blessures graves nécessite l’utilisation d’analgésiques. Chaque fois que vous sentez que vous ne pouvez plus tolérer la douleur, la prise d’analgésiques peut être utile. Toutefois, il est conseillé d’utiliser ces médicaments à court terme afin de limiter au maximum les effets secondaires.

Mythe 6 :

Devenir dépendant des antidouleurs n’est pas inquiétant car les médecins savent comment traiter ces dépendances avec succès.

Fait : Croire que votre médecin sera certainement capable de vous sevrer de votre dépendance est un autre mythe qui doit être déboulonné. Bon nombre de médecins n’ont pas une connaissance complète du traitement de la toxicomanie. Le patient doit rejoindre un centre de réadaptation afin de s’attaquer à sa dépendance. Un spécialiste de la dépendance qui fournit des conseils professionnels est nécessaire pour désaccoutumer un patient.

Mythe 7 :

Les symptômes de sevrage indiquent une dépendance aux analgésiques.

Fait : Subir des symptômes de sevrage n’indique pas nécessairement une dépendance. Il ne faut pas confondre dépendance aux médicaments et addiction. Les analgésiques peuvent entraîner une dépendance physique, mais la personne peut ne présenter aucun signe de dépendance. La dépendance est classée comme un trouble chronique du cerveau dans lequel la personne est psychologiquement dépendante de la drogue, même si elle sait que sa consommation a des effets néfastes sur sa santé. La personne a un besoin intense de la drogue et l’arrêt de sa consommation la rend violente et agressive. D’un autre côté, les symptômes de sevrage des analgésiques ne sont pas complètement accablants ; cependant, on peut avoir besoin d’une intervention médicale pour cesser de consommer le médicament.

Disclaimer: Les informations fournies dans cet article sont uniquement destinées à éduquer le lecteur. Elles ne sont pas destinées à remplacer l’avis d’un expert médical.

A LIRE AUSSI

11 façons holistiques de guérir le syndrome de fatigue chronique

Angelique Prévaust

Comment fonctionne la pilule du lendemain ?

Angelique Prévaust

Comment choisir un stéthoscope de qualité

Angelique Prévaust

Laissez une réponse à