Vidéos du Net

Populairement appelées bons d’alimentation, les prestations SNAP sont accessibles par le biais de cartes de transfert électronique de prestations (EBT). Ce programme de prestations alimentaires a permis à des millions à faible revenu de subvenir à leurs besoins en période de turbulences économiques. Cependant, certains de ses inconvénients amènent les gens à s’interroger sur l’utilité de ce programme.

Une réduction de 5 milliards d’euros des bons d’alimentation est entrée en vigueur le 1er novembre 2013, ce qui a déjà eu un impact sur 47 millions de bénéficiaires du SNAP.

La réduction de 5 milliards d’euros des bons d’alimentation est entrée en vigueur le 1er novembre 2013.

Auparavant connu sous le nom de programme de bons alimentaires, le programme d’aide nutritionnelle supplémentaire (SNAP) est mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture. C’est le plus grand programme de ce type et il a été lancé dans le but de fournir une assistance alimentaire et une nutrition aux à faible revenu éligibles. Le principal objectif du programme est de réduire la faim et la sous-alimentation en permettant aux personnes à faible revenu de s’inscrire en tant que participants et de profiter des avantages pour acheter des aliments non préparés et préemballés. Ce programme fournit actuellement une aide à environ un sixième des, soit 47 millions, et coûte au gouvernement près de 80 milliards d’euros par an. Ces chiffres ont augmenté de manière exponentielle pendant la récession et le chômage qui en a résulté.

PROS

Satisfait aux besoins des masses

Ce programme a veillé à prendre en compte un large spectre de personnes à faible revenu. Les personnes qui travaillent à temps partiel ou à bas salaire, celles qui sont actuellement au chômage, les personnes handicapées et âgées, les enfants et les sans-abri peuvent tous bénéficier de la sécurité alimentaire grâce au SNAP. Le programme permet également aux étudiants adultes valides (18 – 49 ans) de bénéficier des prestations SNAP s’ils répondent aux critères attendus.

Supplément de salaire

Etant un droit, toute personne qui répond aux exigences du SNAP peut bénéficier de ses avantages. L’objectif de ce programme est de rendre service aux personnes à faible revenu en cas de crise économique comme le chômage et lorsqu’un seul revenu dans la famille n’est pas suffisant pour tenir plus longtemps. C’est la raison pour laquelle une forte augmentation du nombre de demandeurs a été observée pendant les périodes prolongées de récession économique. Le nombre de ménages bénéficiant du SNAP qui ont une forme de revenu est passé de 2 millions à 6,4 millions entre 2000 et 2011. Par exemple, dans une famille de trois personnes dont le seul membre gagne 10 Euros par heure, le revenu net est augmenté de 10 à 20 % en fonction des heures travaillées. Ainsi, ce programme alimentaire agit comme un plan de secours pour les ménages à faibles revenus afin des aider à continuer à nourrir leur famille même s’ils perdent leur emploi ou ne gagnent pas assez pour subvenir à leurs besoins avec leur maigre revenu.

Offre une incitation au travail

Le programme d’emploi et de formation SNAP offre une formation à court terme à ceux qui répondent aux exigences de travail. Les chômeurs âgés de 16 à 59 ans ne sont pas exemptés et sont tenus de s’inscrire au programme de formation, qui permet d’améliorer leurs compétences professionnelles en dispensant un enseignement général (GED), une formation professionnelle et des missions. Les participants apprennent à rédiger un CV et à passer des entretiens. Le programme aide également les bénéficiaires à rechercher des emplois appropriés. Deuxièmement, pour chaque euro supplémentaire gagné en salaire par les bénéficiaires, les prestations SNAP sont réduites de 24 à 36 cents. Cette petite baisse agit comme une incitation pour les participants à trouver des emplois mieux payés ou à donner plus d’heures de travail.

Aide à réduire la faim

Le SNAP a contribué à minimiser, voire à éradiquer, la faim chez les. Ce programme a permis de réduire l’insécurité alimentaire en assurant un approvisionnement en nourriture chaque mois. Actuellement, 40 millions sont en mesure d’éviter la faim grâce à l’aide fournie par le SNAP. Ceux qui bénéficient le plus de ce programme alimentaire sont les enfants de moins de 18 ans. Il faut savoir que les enfants représentent 49 % des bénéficiaires dans le pays.

Aide à atténuer la pauvreté

Près de 91% des familles qui se prévalent du SNAP sont en dessous du seuil de pauvreté, alors que plus de 55% des bénéficiaires vivent actuellement sous la moitié du seuil de pauvreté. Deuxièmement, le programme veille à ce que les participants qui ont besoin d’un soutien plus important bénéficient de prestations plus importantes. Une étude menée en 2012 par le ministère de l’agriculture a révélé que le SNAP a réduit la pauvreté des enfants de 15,5 % en profondeur et de 21,3 % en gravité en moyenne au cours de la période 2000 – 2009 et a connu un pic par la suite également. L’étude a révélé que le SNAP a réduit le taux de pauvreté de près de 8 % en 2009 et a contribué à améliorer le bien-être des ménages participants. Selon une analyse, depuis que les prestations du SNAP sont désormais considérées comme un revenu par la mesure supplémentaire de la pauvreté, 4,7 millions de personnes (2,1 millions d’enfants) ont pu éviter de tomber sous le seuil de pauvreté en 2011.

Prestation d’une éducation nutritionnelle

Le programme d’éducation nutritionnelle du SNAP organise des cours de nutrition qui apprennent aux bénéficiaires à faire des choix alimentaires sains lorsqu’ils font leurs courses et planifient leurs repas. Le programme fournit du matériel éducatif sur l’importance d’une alimentation saine, sur le fait de rester physiquement actif et sur la façon de planifier son budget pour tout le mois. Le projet Healthy Incentives Pilot (HIP) offre des incitations sous forme de crédit de retour aux bénéficiaires qui achètent plus d’aliments sains, ce qui les incite à choisir des aliments sains au lieu d’alternatives transformées et malsaines.

inconvénient bons d'alimentation

CONS

Obésité et malnutrition

Certaines études ont révélé que les articles que les bénéficiaires privilégient lorsqu’ils font leurs courses alimentaires ont conduit à une augmentation de la malnutrition et de l’obésité. Bien que les coupons alimentaires puissent être utilisés pour acheter du pain, des céréales, de la viande, du poisson, de la volaille, des produits laitiers, des fruits et des légumes, de nombreux bénéficiaires finissent par faire des achats malsains afin de minimiser les dépenses et d’acheter plus de nourriture. Le programme SNAP permet aux bénéficiaires d’acheter des aliments préemballés. Ces aliments préemballés contiennent du sucre saturé, des graisses, des arômes artificiels, des additifs et sont traités avec plusieurs autres produits chimiques pour que ces articles comestibles durent plus longtemps. Les gens finissent par acheter des articles en termes de quantité plutôt que de qualité, dans le but d’avoir assez de nourriture pour le reste du mois. Les articles qui sont répertoriés comme des aliments et qui peuvent être achetés avec les prestations SNAP comprennent les chips, les nouilles, plusieurs types de sodas sucrés et d’autres aliments qui sont considérés comme de la « malbouffe » par les experts de la santé.

Restriction des aliments chauds

Ce programme alimentaire refuse à ses bénéficiaires l’accès à tout aliment chaud et les limite aux articles comestibles préemballés dans les rayons des magasins. Par conséquent, les bénéficiaires du SNAP ne sont pas autorisés à acheter des aliments autrement nutritifs tels que des repas, des soupes chaudes et des sandwichs. Beaucoup de personnes ont du mal à préparer leurs propres repas si leur four ou leur cuisinière tombe en panne. Dans de tels cas, ils doivent compter sur leurs bienfaiteurs pour les aider à préparer leur prochain repas.

Permis SNAP des vendeurs

Pour que les vendeurs puissent accepter les coupons alimentaires, ils doivent avoir un permis SNAP qui est gratuit. Cependant, les vendeurs ne sont pas obligés de se prévaloir de ces permis. Ainsi, même s’ils ne préfèrent pas la qualité ou la gamme d’aliments vendus par certains vendeurs, les bénéficiaires sont obligés d’accéder uniquement aux magasins qui acceptent les bons d’alimentation. Deuxièmement, les bénéficiaires sont souvent obligés de se déplacer beaucoup plus loin de leur domicile afin d’atteindre un vendeur qui accepte les bons d’alimentation et qui a tout le nécessaire sous un même toit.

Fraude

Selon eux, sur une moyenne de 13,9 millions de bénéficiaires mensuels dans 10 États, 27 044 bénéficiaires ont continué à recevoir des prestations malgré leur décès parce que leur numéro de sécurité sociale était utilisé illégalement. Il s’est avéré que ces bénéficiaires étaient soit répertoriés comme inéligibles/disqualifiés pour bénéficier des prestations SNAP, soit qu’ils recevaient des prestations doubles provenant du même État ou d’un autre État simultanément. La fraude est également commise par les détaillants lorsqu’ils échangent de l’argent contre des prestations, vendent des articles interdits par le SNAP tels que des cigarettes et des alcools, rachètent des prestations plus importantes que la vente de nourriture du magasin, ou facturent des articles non identifiables sur les cartes EBT.

Stigmatisation sociale

Les personnes qui se prévalent des prestations du SNAP sont souvent injustement regardées de haut par ceux qui n’ont jamais eu besoin d’utiliser les bons alimentaires. Ces personnes sont stigmatisées comme des resquilleurs et des paresseux, qui ne veulent pas travailler et veulent quand même de  » l’argent gratuit  » pour acheter de la nourriture. Cependant, la réalité est bien différente. La majorité des bénéficiaires du SNAP sont, en fait, des personnes qui ont plusieurs emplois à la fois pour gagner le minimum de 10 euros par jour. Certains ont des membres de leur famille handicapés ou des enfants mineurs qui dépendent d’un seul revenu et se débrouillent avec le peu d’aide qu’ils obtiennent grâce aux coupons alimentaires mensuels.

A LIRE AUSSI

Ce que vous devez savoir sur une Bar Mitzvah

Angelique Prévaust

Que signifient les rêves d’escaliers et comment les interpréter ?

Angelique Prévaust

Savez-vous comment le chewing-gum est réellement fabriqué ?

Chiara de Pélauquin

Laissez une réponse à